Éclairer un wagon avec une bande à LED pour 1€

folder_openTrucs & Astuces
comment27 Commentaires

Nous vous proposons de réaliser des éclairages de voitures voyageur pour un coût de 1€ par voiture. Pour ce prix, vous allez fabriquer un éclairage à LEDs avec un condensateur pour éviter les clignotements qui pourraient survenir à cause d’un mauvais contact entre les roues et les rails. La fabrication est très simple et rapide. Suivant le type de wagon et l’expérience acquise, il suffit de 30 minutes pour terminer un wagon. La méthode de fabrication est identique pour un éclairage à l’échelle HO ou à l’échelle N. On pourra seulement utiliser des composants un peu plus volumineux à l’échelle HO.

Outillage

Pour ce petit tutoriel, l’outillage est basique, vous aurez besoin des éléments suivants :

  • Petit fer à souder
  • Pinces coupantes
  • Pinces brucelles

Composants

En ce qui concerne les composants, nous les achetons principalement sur la plateforme eBay, mais vous pourrez certainement les trouver ailleurs :

  • Bande à LED « Blanc chaud » (60 LEDs par mètre). Une bande de 5m coûte 8€ sur eBay et permet de réaliser 20 éclairages pour des voitures à bogie en HO. (mots-clé pour recherche eBay :  5M 16Ft 12V LED Flexible Strip Light 300pcs 5630SMD Neutral White/Warm/Cool)
  • Un petit pont redresseur (MB6S 0.5A 600V Miniature Mini SMD Bridge Rectifier) à 2,50€ les 100 sur eBay.
  • Un condensateur (470UF 25V Electrolytic Capacitor 25V470UF 8x12mm) à 4€ les 100 sur eBay. Il est préférable de monter un condensateur de la plus grande capacité possible. Cependant, plus la capacité est importante, plus le volume du condensateur est gros. Il faudra donc en choisir un qui rentre dans la wagon à la la place choisie. Le condensateur permet d’accumuler l’énergie reçu et de la restituer jusqu’à épuisement de la réserve lorsqu’il n’est plus alimenté.
  • Une résistance SMD 1206 ou 1210 (au choix entre 1KΩ et 10KΩ suivant l’intensité lumineuse recherchée) 1€ les 100 sur eBay.
  • Deux lamelles de contact pour prise de courant (environ 0,60€ les deux)

Schéma de câblage

Schéma de câblage des composants (cliquer pour agrandir)

Fabrication

Les photos ci-dessous montrent comment positionner les composants électroniques selon la méthode 1. Il est possible de ne pas souder le condensateur directement sur la sortie +- du pont redresseur. Si on veut le positionner ailleurs, il suffit de souder des fils souples entre le condensateur et le pont redresseur. Il faut bien respecter les polarités sous peine de voir le condensateur exploser. La méthode 2 proposée plus bas est plus « élégante ».

Pour relier les entrées courant alternatif du pont redresseur aux lamelles de prise de contact, il faut faire passer les fils sous l’aménagement intérieur. Nous utilisons du fil émaillé de 2/10 ou 3/10 mm. Sa souplesse lui permet de passer partout sans souci. Le condensateur peut être placé dans un compartiment toilettes pour rester invisible. Toute autre possibilité est possible en fonction de la place et du résultat recherché. Nous avons testé l’utilisation de condensateurs « Gold »  double couche (double layer), sensés avoir une grande capacité pour un volume réduit. Ils sont beaucoup plus chers et ne nous ont pas convaincus.

Méthode 2 : Les différents composants sont soudés sur une plaquette indépendante de la bande à LED. Cela permet de souder sans risque d’endommager la bande à LED. Les photos montrent la fabrication installée sur un aménagement intérieur Jouef, mais la méthode est applicable à n’importe quel type d’aménagement intérieur. Valable aussi pour l’échelle N même si le volume dispo est plus réduit.

Rectangle bleu : Plaquette sur laquelle sont soudés les composants. Rectangle rouge : Bande à LED. Les deux éléments ont connectés ensemble par 2 fils. Attention à bien respecter les polarités. Sur le schéma, le fil supérieur est le pôle (+), le fil inférieur est le pôle (-).

 

Principe : Les différents composants sont fixés sur une plaquette type plaquette d’essai à 1 face cuivrée. Cette plaquette servira de « toit » à l’une des toilettes d’extrémité du wagon (Photo 1). Le condensateur sera placé dans les toilettes. Il convient de rogner ou supprimer la ou les cloisons de la toilette de façon à ce que le condensateur y trouve sa place.

  • On découpe à la demande la plaque  d’essai de façon à ce qu’elle serve de toit aux local toilettes. Elle peut dépasser sur les côtés si les moulages de l’aménagement intérieur le permettent. Il faut un minimum (plus ça ne sert à rien) de 7 trous dans le sens de la largeur du wagon (photo 2)
  • on coupe les pistes de cuivre comme indiqué sur la photo 3: en partant du bas de la photo, piste 3 et 4 couper les pistes entre le trou 1 et le trou 3 (cela revient à supprimer le trou 2). A cet emplacement sera soudé le pont redresseur. comme indiqué sur le schéma de câblage (photo 4) De  la même façon on coupe la piste de cuivre 3 (en partant du bas, photo 3) entre le trou 5 et le trou 6. A cet emplacement sera soudée la résistance (photo 4).
  • On soude le pont redresseur comme indiqué sur le schéma de câblage (photo 4). Attention à le souder dans le bon sens:  Entrée (non polarisée) du pont redresseur côté gauche de la plaquette. La sortie (+) est soudée sur la 3° piste en partant du bas , La sortie (-) est soudée sur la 4° piste en partant du bas. Le repère des sorties (+) et (-)  est gravée ou peinte sur le boitier.
  • On soude la résistance sur la piste 3 en partant du bas en enjambant les trous 5 et 6 (la coupure de la piste doit être sous la résistance). (photo 4)
  • On soude (condensateur en dessous, côté  opposé à la face cuivrée) le condensateur. Attention de bien respecter la polarité. La pin (-)  du condensateur (repérée par un trait blanc ou noir sur le boitier) doit être soudée à la piste (-), 4° piste en partant du bas. La pin (+)  du condensateur doit être soudée à la piste (+), 3° piste en partant du bas. (Photo 5). Avec le condensateur utilisé ici, pour des raisons d’écart des pins du condensateurs, la pin (-) a été soudée sur la piste 5 en partant du bas. Les pistes 4 et 5 ont été reliées électriquement avec de la soudure. Avec d’autres types de condensateurs, la soudure des pins sur les pistes 3 et 4 peut être possible.
  • Photo 6 , aspect de la plaquette une fois tous les composants soudés.
  • On  soude maintenant les fils d’alimentation. (Photo 7). Coté gauche de la plaquette sur l’entrée du pont redresseur, 2 fils qui iront prendre le courant sur les essieux. Il suffira de connecter ces fils chacun sur un bogie, sans souci de la polarité. Coté droit de la plaquette, un fil (+) éventuellement rouge pour le repérer, sur la  piste (+)  dont l’autre extrémité sera soudée à la borne (+) de la bande à LED et . un fil (+) éventuellement noir pour le repérer, sur la  piste (-)  dont l’autre extrémité sera soudée à la borne (-) de la bande à LED.
  • On positionne et on fixe (collage léger), si souhaité, l’ensemble plaquette en guise de toit sur le compartiment toilettes. Faire attention que a plaquette ne gène pas pour assurer un bon remontage du wagon. (Photo 8)
  • Le résultat final avant remontage de la caisse du wagon photos 9,10 et 11.

Résultat

En fonction de la capacité du condensateur, du type et du nombre de LEDs, l’éclairage, en cas de mauvais contact ou après coupure du courant, reste allumé entre quelques secondes et quelques minutes. IL est possible d’augmenter la durés d’éclairage sans alimentation en utilisant des condensateurs de capacité plus grande, mais ils sont plus volumineux et difficiles à cacher. On peut aussi utiliser des condensateurs plus performants,  type Gold Cap assez petits, mais leur forme demande une petite adaptation pour les installer et les câbler.

Cet éclairage fonctionne avec le courant continu traction ou avec alimentation BF dédiée à l’éclairage. Des modélistes qui ont fabriqué des éclairages suivant notre méthode nous ont confirmé un parfait fonctionnement en digital. Sur les photos ci-dessous la rame Mistral LS-Models à l’échelle HO. Une matinée a été nécessaire pour modifier 12 wagons.


 

  • Utilisation avec un système digital : Nous n’avons pas testé ce montage sur un réseau alimenté en digital, mais avons eu des retours de modélistes qui ont confirmé que cela fonctionnait parfaitement.
  • Alimentation avec courant BF (basse fréquence) superposé au courant traction (système proposé par Arnold par exemple) : Nous avons fait fonctionner nos réseaux en « N » et « HO » équipés de générateurs basse fréquence Arnold sans aucun problème. Si vous souhaitez que les éclairages des wagons ne fonctionnent qu’avec l’alimentation BF, il suffit d’intercaler (*) dans le circuit d’alimentation un condensateur titane non polarisé de10uf ( 10 microfarads), 16 à 25V.  Avec un tel montage, le wagon sera éteint si la voie est alimentée uniquement avec le courant traction. Quand le courant BF est injecté dans les rails, le wagon sera éclairé à intensité constante, que le train soit à l’arrêt, ou quelque soit sa vitesse. (*) le condensateur est à intercaler sur un des deux fils (sans préférence) qui vont des bogies au pont redresseur.

 

  • Alimentation avec du courant alternatif (système Märklin) : Nous n’avons pas testé ce montage sur un réseau alimenté en courant alternatif, mais il n’y a pas de raison pour pour qu’il ne fonctionne pas de façon satisfaisante. Toutefois, le coût d’équipement d’un wagon est plus élevé car il faut équiper chaque wagon d’un frotteur pour prise de courant sur les plots et de lamelles de contact pour prise de courant sur les rails via les essieux non isolés. Ces pièces d’adaptation sont disponibles au catalogue Märklin, principalement sous forme de kits complets (frotteurs, lamelles de contact et rampe d’éclairage). Il n’est pas évident, suivant le type de wagon à équiper, que l’achat du kit complet soit beaucoup plus onéreux que la fabrication que nous décrivons sur cette page. À étudier au cas par cas.

27 Commentaires. En écrire un nouveau

  • Magnifiques explications visibles et précises. Félicitations

    Répondre
    • Marc Noël Faliu
      13 mars 2019 14 h 12 min

      Merci pour vos encouragements 😃! Si vous souhaitez plus d’infos sur ce point ou d’autres, n’hésitez pas à nous contacter, nous aurons plaisir à vous répondre !

      Répondre
  • Les conseils sont bien exacts pour les achats sur eBay. Super.

    Répondre
  • Bonjour,
    Vous ne précisez pas le voltage??? c’est 12v DC ou 20V pour le digital?? ou comment faire les connexions pour le digital???
    Salutations,
    Jacques

    Répondre
    • Marc Noël Faliu
      1 mai 2019 19 h 29 min

      Bonjour,

      Merci pour votre message 😀, le montage fonctionne aussi bien en digital qu’en analogique.

      La caractéristique du courant d’alimentation n’a pas d’importance, que ce soit courant continu (CC) ou courant analogique (CA). Dans tous les cas, le courant d’alimentation est redressé par le pont redresseur pour permettre une alimentation correcte des LED (Le + des LED toujours alimenté par le pôle + du courant redressé).

      En ce qui concerne la tension d’alimentation, les valeurs données sur le blog sont adaptées à une alimentation en 12V analogique ou continu, mais peuvent aussi convenir pour du 20 volts. Dans ce cas, ce peut être plus fiable d’utiliser un condensateur 470μF 35V ou 50V 🤔.

      Avec une alimentation de 20V, toutefois, il faudra probablement insérer une résistance R de valeur au moins 1,5K Ohm (valeur à déterminer en faisant des essais) pour que la tension d’alimentation des LEDs reste acceptable, d’une part pour ne pas les griller, d’autre part pour que l’éclairage ne soit pas trop puissant.

      Aucune connexion particulière n’est à faire pour le digital. Attention ce dispositif n’incorpore pas de décodeur, donc en cas d’alimentation digitale, les wagons seront éclairés en permanence. Nous n’avons pas la pratique ni la connaissance pour vous indiquer comment installer un décodeur qui permettrait de piloter l’allumage des wagons. Désolé.

      Répondre
  • Je viens d’équiper 5 voitures avec des bandes à led en suivant cette « recette » Ensuite je me suis converti au digital. Ça fonctionne très bien dans les deux cas, sans transformation. Merci à l’auteur.

    Répondre
    • Marc Noël Faliu
      19 juin 2019 22 h 19 min

      Grand merci pour votre message 👍.

      Nous sommes très heureux de pouvoir partager certaines de nos expériences et encore plus lorsque lecteur y trouve satisfaction.
      Bonne chance pour la suite,

      Cordialement

      Répondre
  • Superbes explications qui permettent à un apprenti électronicien de base , de faire ce montage, du coup j’ai racheté un fer à souder.
    Merci à vous tous
    Franck

    Répondre
    • Marc Noël Faliu
      17 novembre 2019 11 h 36 min

      Bonjour,
      Merci pour votre message, ça nous fait plaisir ! On va essayer de continuer à écrire de nouveaux articles pour partager notre expérience et donner envie de se lancer dans le modélisme 😊.
      Bonne journée !

      Répondre
  • Bonjour,
    Merci de ce souci d’être précis en termes d’explication et accessible en ce qui concerne le prix.
    Je vais rechercher les composants pour lancer le travail.
    Continuez s’il vous plait à aborder d’autres sujets tutorisés.
    Bien à vous.

    Répondre
  • Bien, bien, même trés bien, sauf pour le croquis ou le schéma de branchement des LEDs.
    En effet si l’on branche ces LEDs dans le sens naturel d’une diode elles n’éclaireront JAMAIS !
    Cela ne contredit pas les commentaires donnés par la suite quant à l’utilisation en digital ou analogique.
    Les cours reçus, dans ce domaines, sont anciens, certes, mais sont par leurs contenus toujours d’actualité.
    Il faut savoir que le principe de générer de la lumière, dans une LED, est basé sur le fait de faire passer du courant dans le sens contraire (eh oui !), et par avalanche le courant passe à travers, c’est pourquoi on place aussi une résistance en série pour éviter la destruction de la LED. Pour bien comprendre, c’est le même principe qui fait qu’un tube à décharge (que l’on appelle abusivement « néon ») fonctionne, avec cette fois du courant alternatif, et protégé par un ballast (inductif ou électronique) pour maîtriser la quantité du courant passant à travers.
    Donc dans le schéma laissé par notre bien aimé compagnon, les LEDs sont à dessiner très exactement à l’envers.
    De plus dans la ruban de LEDs (couleur blanche, LED fonctionnant à partir de 3,5 volts environ) montré en photo, la résistance est en fait en série avec plusieurs LEDs selon la fabricant du ruban. Cela ne correspond pas avec le schéma donné.
    Pour information, chaque LED doit être protégé individuellement si l’on fait un montage en parallèle de LEDs.
    Là encore le schéma proposé ne convient pas : selon ce schéma, il n’y a aucune obligation d’obliger le courant à se distribuer sur chaque LED d’une façon identique dans chaque LED (selon schéma la résistance R est commune pour 3 LEDs placés en parallèle)
    Allez, ne perdez pas courage, car de toute façon, même si on avait branché ces rubans de LEDs dans le mauvais sens, on aurait de toute façon rectifiait pour que cela fonctionne… et merci au constructeur de ruban d’avoir pourvu à un élément facilement exploitable en modélisme ferroviaire HO.
    Un autre détail est cependant d’importance. Le condensateur chimique utilisé est polarisé. Sur le coté un repère contrasté précise sa polarité. sur les deux fils l’un doit être au positif, l’autre au négatif.
    Brancher un condensateur à l’envers peut s’avérer préjudiciable pour la valeur du wagon que l’on voulait ainsi éclairer. Il y des chances que le vacarme attire l’attention de son propriétaire sur le lieu de l’explosion, le condensateur aura ainsi exprimé son mécontentement.
    Electroniquement vôtre, André

    Répondre
    • Marc Noël Faliu
      24 février 2020 10 h 29 min

      Bonsoir et merci pour votre mail et vos commentaires.

      Sans vouloir polémiquer, permettez nous de faire les remarques suivantes :

      • Le schéma est bon et les LEDs sont correctement positionnées. Vous n’ignorez pas qu’une LED s’illumine quand sa borne (+) est reliée au (+) et sa borne (-) est reliée au (-). Le symbole d’une diode (et d’une LED) permet de bien situer le (+) et le(-). Résultat de recherche d’images pour « symbole diode » :
      • Résultat de recherche pour symbole diode correct

      • Notez que certains adeptes de recherches sur le WEB peuvent être induits en erreur car on y trouve des schémas erronés comme celui-ci: Résultat de recherche d’images pour « symbole diode » :
      • Un autre résultat pour la même recherche d’images avec le sens de la diode erroné

      • Nous utilisons et avons soudé des centaines de LEDs (et diodes) selon nos schémas et contrairement à votre affirmation, elles ont TOUJOURS éclairé. Les modélistes qui ont fabriqué des éclairages en suivant notre méthode ont à priori tous réussi, si on se réfère aux commentaires qu’ils nous ont envoyé. En tous cas nous n’avons jamais reçu un commentaire signalant que « ça ne marchait pas »

      Pour ce qui est de la résistance à mettre en série comme nous le préconisons, c’est tout simplement par ce que si on se contente des résistances insérées dans les rubans à LEDs l’intensité lumineuse dans les wagons est souvent beaucoup trop forte. C’est pourquoi nous rajoutons une résistance qui peut aller jusqu’à 5kΩ suivant l’intensité souhaitée.

      Notez également que rien n’oblige à protéger individuellement chaque diode (*). Un ruban à LEDs est en général sécable en tronçons de 3 LEDs ou plus. Une seule résistance protège 3 LEDs. La bande que j’ai sous les yeux et que j’ai un peu disséquée est montée avec des résistances de 390 ohms (par tronçon de 3 LEDs montées en série). C’est vraiment la valeur mini-mini pour que les LEDs ne soient pas en surtension sous 12 V en entrée et ne soient pas détruites.

      (*) On peut toujours protéger plusieurs LEDs avec une seule résistance. L’inconvénient est que :

      • Si les LEDs sont câblées en série et si la résistance ou une LEDs est HS, toutes les LEDs du tronçon ne s’allumeront plus.
      • Si les LEDs son câblées en parallèle, si la résistance est HS, toutes les LEDs du tronçon ne s’allumeront plus . Si une (ou +) LEDs est HS, la tension aux bornes des autres LEDs va augmenter et donc la brillance, avec le risque potentiel si la tension devient était trop grande de faire claquer les LEDs restantes.

      Notez également que le schéma sur notre blog est un schéma avec les simplifications souhaitables pour compréhension et mise en application par des amateurs par forcément électroniciens de haut niveau. Les LEDs montrées câblées en parallèle sont juste là pour montrer qu’il y a plusieurs LEDs sur le ruban. Il n’aurait pas été didactique de dessiner les « vraies » connexion des LEDs sur le ruban. Trop compliqué pour les néophytes auxquels s’adresse le blog et de toutes façon inutile puisque le ruban est utilisé uniquement en connectant uniquement son extrémité au 12 V redressé, peu importe pour l’utilisateur de connaître le détail du câblage interne du ruban

      En ce qui concerne le condensateur, il est bien précisé qu’il doit être câblé en tenant compte des polarités des pins. Nous allons toutefois revoir le schéma en rajoutant un + et un – au droit du condensateur.

      En résumé, nous maintenons que notre blog est correct et permet à ceux qui l’utilisent de fabriquer des éclairages qui fonctionnent. Ce que les modélistes nous ont confirmé et ce qui se passe dans notre club où sont utilisés des dizaines d’éclairages fabriquée sur ce modèle et qui fonctionnent très bien.

      Il y a peut être eu dans notre échange une certaine incompréhension, mais le but de notre blog est d’aider et de satisfaire les amateurs et jusqu’à ce jour le but semble avoir été atteint.

      Faire simple c’est important mais la porte est ouverte à toute amélioration souhaitable ou nécessaire.

      Répondre
  • Je reviens sur ce sujet et plus particulièrement sur les photos du wagons. Elles montrent qu’une partie de la lumière passe à travers le toit des wagons. Pour palier à cet aspect, j’encourage à préparer le travail avec une mise en peinture acrylique noire à déposer au pinceau à l’intérieur du toit du wagon, puis de découper une bande de plasticard de 1 mm d’épaisseur au moins pour la rigidité (Amazon) qui va reposer sur les flancs transparents (vitrages) et sur lequel on va coller la bande de LEDs ( au lieu du plafond du wagon). Ainsi les LEDs seront au niveau « pratique » du haut du plafond comme dans la réalité des wagons imités non pas trop haut.
    Le bloc toilette peut servir à loger le condensateur, d’autres préféreront l’espace central entre deux blocs sanitaire.
    Pour ma part j’ai rajouté une LED orangé ou jaune dans chaque bloc sanitaire et ces LEDs sont alimentés avec une mini-centrale clignotante (2 transistors) pour imiter une forme d’activité. C’est sympa…
    Pour gérer la mise en route de l’éclairage de chaque wagon séparément, j’ai placé sous le châssis un mini interrupteur (aliexpress).
    Même chose pour autoriser le feux rouge du dernier wagon de la rame.
    Ceux qui veulent plus d’explications, peuvent m’écrire andre.nouguier@gmail.com.
    Electroniquement Vôtre, André

    Répondre
    • Marc Noël Faliu
      24 février 2020 10 h 30 min

      Pour ce qui est de l’agencement des wagons, vous avez parfaitement raison, mais ce n’était pas le but du blog.

      Nous opacifions l’intérieur des caisses, après dépose des vitrages et masquage de ce qu’il faut, avec deux couches de peinture passées à l’aérographe. Une couche de noir et une couche de la couleur souhaitée pour l’intérieur du wagon. Nous laissons de côté l’éclairage des toilettes qui sert effectivement, quand c’est possible, de logement pour le condensateur. Pour l’éclairage des toilettes nous prendrions plutôt les LED blanc pur (ou chaud à voir?) qui imite bien le néon qu’on trouve dans les voitures modernes, mais il faudrait qu’il soit d’une faible luminosité pour être discret par rapport à l’éclairage de la partie voyageurs.

      Le plus compliqué a été la réalisation de l’éclairage d’un WL de LS Models à cabines imbriquées. Peu utile car normalement les rideaux sont tirés, mais c’était plus pour réussir un petit défi technique (pour notre niveau).

      L’activité de notre club est principalement affectée à la réalisation du nouveau réseau HOm destiné aux expositions. Il est composé de 7 modules de 120×90. Suite à une assez longue expérience en Expo (le réseau d’expo actuel a dépassé les 40 000 km sur la route), nous avons laissé de côté toute exploitation automatisée des trains et encore moins celle des animations. Cela nous demande beaucoup de présence et de réactivité en complicité avec le public, mais nous trouvons que c’est plus sympa et plus convivial. Quand c’est « automatique » et séquentiel, ça marche quand il n’y a personne et pas quand des visiteurs pourraient être accrochés par les animations.

      Notre implication en électronique sur nos réseaux est assez classique, faisant une bonne part aux Arduino’s qui sont facile à mettre en œuvre pour toutes sortes d’animations. Et nous sommes preneurs pur des idées ou techniques nouvelles…

      Répondre
  • merci pour ce bon petit tuto. Une question cependant : vous ne limitez pas le courant de charge du condo, ce qui pourrait poser problème à la mise sous tension d’une dizaine de voitures éclairées, surtout si vos locos sont équipées en réserve d’énergie. Vous n’avez jamais rencontré ce problème ?

    Répondre
  • L’observation concernant la limitation du courant de charge du condensateur, cela dépend en grande partie de l’alimentation.
    Si celle-ci est à la limite avec une deuxième loco en UM, oui il faut y penser (il se pourrait que l’alimentation soit insuffisante).
    Pour le circuit avec des cantons, chacun d’eux peut être alimenté indépendamment : je n’utilise pas le courant continu qui va servir à alimenter le moteur (version analogique) pour l’éclairage interne, mais la tension alternative que je superpose sur le courant continu. Tout passe dans les 2 rails (loco diesel, vapeur, draisine et tout les wagons), ou éventuellement entre un rail et le caténaire (loco élec). L’avantage est double. D’abord l’effet de l’oxydation des surfaces de contact est estompé voire auto-traité. Le deuxième, j’utilise les rails pour tout commander sans radio pilotage ni arduino. Principe de fonctionnement : à l’intérieur d’une voiture il y a 2 condos. Le premier fait barrière au courant continu et laisse passer l’alternatif qu’il faut redresser pour constituer l’alimentation de la voiture via un deuxième condo et un interrupteur. A l’intérieur de la voiture il y a aussi une self qui fait barrière cette fois à l’alternatif et laisse passer le courant continu pour alimenter les feux rouges selon le sens de marche de la loco, via un autre interrupteur. Même chose pour les motrices quant à l’éclairage d’une cabine et aussi pour la gestion des feux avant et des feux rouges arrières, cette fois via 3 interrupteurs (cabines, cabine avant ou cabine arrières, feux avant ou feux avant+feux arrières). Bien sûr la self est plus grosse sachant que l’on fait barrière à l’alternatif pour le moteur (problème d’isolement, risque de brulage). Cela fait beaucoup de câblage et un peu de poids supplémentaire qui ne nuit pas ni dans les voitures, ni pour la motrice. Dans certaines motrices qui ont un moteur qui a tendance à chauffer (souvent en faisant fonctionner longtemps), je remplace l’aimant d’origine par un neutro-dyne et si cela ne suffit pas je rajoute un mini ventilateur soufflant sur le moteur et qui sera alimenté par l’alternatif, redressé dans la motrice. Pour la motrice à pantographe, j’utilise le caténaire et un rail. Ceci me permet de commander deux machines indépendamment, l’une par le caténaire, l’autre par les deux rails.
    Voilà, j’espère avoir répondu à une question

    Répondre
  • Bonjour
    Merci pour vos conseils et merci d’avoir répondu à mes mails.
    J’ai équipé 4 voitures avec des bandes à led en suivant votre schéma. Ça fonctionne très bien…

    Répondre
  • Bonsoir, je commence le modélisme ferroviaire , je voudrais pour ma part avoir un éclairage scintillant (genre film d’horreur ou un peu comme dans le train de Harry Potter). Est-il possible en supprimant le condensateur de votre montage d’obtenir ce résultat ? Si ce n’est pas le cas, comment pourrais-je arriver à ce résultat ? Un super grand merci pour ce tuto clair et abordable pour les novices !

    Répondre
  • Excellent article.
    Les commentaires tendent à surenchérir ce beau travail, à part un dont je n’ai pas compris le sens (au sens propre du terme – il se reconnaîtra).
    J’envisage de construire mon réseau 1:87 avec mes propres interfaces.
    A ce sujet, existe-t-il un lien vers le générateur BF de Arnold dont l’auteur parle ?
    Merci et bonne continuation.

    Répondre
    • Bonjour et merci pour votre message.

      Concernant le générateur basse fréquence d’Arnold, nous l’utilisons sur le réseau N.

      Afin de mieux comprendre votre besoin d’information, nous vous proposons de nous appeler au 06 80 90 80 32 afin de pouvoir mieux comprendre votre question et commencer à y répondre plus directement. Vous pouvez nous contacter quand vous le souhaitez aujourd’hui ou à partir de mardi.

      Bien cordialement

      Répondre
      • Merci pour votre réponse.
        Grâce à cet article, j’ai trouvé une début de réponse dans un vieux Loco-Revue de 1990, puis de fil en aiguille, des schémas électroniques que je vais reprendre pour développer mes modules.
        Bien cordialement.

        Répondre
        • Bonsoir,
          Suite à votre message, nous avons essayé d’améliorer les informations de la page blog concernant les câblages pour utilisation avec un courant BF.
          En souhaitant que cela facilite votre mise en œuvre.
          Bien Cordialement

          Répondre
    • Bonjour, Le loco Revue N° 281 parle du prima lux de Fleischmann et le N° 337 donne le schéma d’ un montage d’ alimentation BF. Un autre montage que j’ avais réalisé et qui fonctionne bien est basé sur un oscillateur c-mos, amplifié par un TDA 2030 ou 2040 puis de 2 transistors (BDX18 et 2N3055).

      Répondre
  • STEVSENS Bernard
    31 décembre 2020 8 h 33 min

    OUI, c’est vraiment très explicite et complet comme information, moi qui débute à 63 ans ! lol
    Je commence par wagon restaurant de Jouef.
    J’aimerai aussi savoir mettre des feux rouge à l’arrière des wagons !
    J’aime me compliquer la vie ! ! !

    Répondre
  • Bonjour,
    Pourriez vous me dire ou vous trouvez le fil cuivré, et quel diamètre il fait merci.
    Cordialement
    M Moragon

    Répondre
  • Bonsoir c est pour du 2 rails ou 3 ? Car dans le cas d un trois rails,il faut un frotteur centrale qui alimentera le wagon par le rail.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Menu